Qu’est-ce que la Francophonie ?

Une organisation au positionnement singulier

image

La Francophonie en bref :

 

Histoire de la Francophonie :

Si le terme de francophonie est apparu à la fin du XIXe siècle, en France, pour qualifier l’espace géographique regroupant les locuteurs de français dans le monde, le projet francophone, lui, est né de la volonté de quatre dirigeants du Sud – les présidents Habib Bourguiba (Tunisie), Léopold Sedar Senghor (Sénégal), et Hamani Diori (Niger) ainsi que le Prince Norodom Sihanouk (Cambodge) : au cœur de leur vision, l’ambition de mettre à profit l’usage commun de la langue française au service de la solidarité, du développement et du rapprochement entre les peuples.

Le 20 mars 1970 à Niamey, au Niger, fut donc signée par 21 pays, dont la Tunisie, la Convention portant création de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), afin de promouvoir la coopération dans les domaines de la culture, de l’éducation, de la communication et de la recherche. L’ACCT deviendra en 1998 l’Agence intergouvernementale de la Francophonie puis, à partir de 2007, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

L’OIF compte aujourd’hui 88 Etats et gouvernements (54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs). Avec des prérogatives progressivement élargies aux domaines de la paix, de la démocratie, du développement durable, de l'économie, ainsi que des nouvelles technologies, la Francophonie se positionne comme un acteur de premier plan sur la scène internationale et contribue à répondre aux enjeux globaux : la promotion du vivre ensemble, le respect de la diversité culturelle, la lutte contre le changement climatique, l’emploi des jeunes et des femmes, etc.

>> Voir aussi: la Francophonie en 10 dates

 

L’OIF : Une organisation au positionnement singulier :

C'est un dispositif institutionnel voué à promouvoir le français et à mettre en œuvre une coopération politique, éducative, économique et culturelle au sein des 88 Etats et gouvernements de l'OIF. Ce dispositif est fixé par la Charte de la Francophonie, adoptée en 1997 lors du VIIe Sommet de la Francophonie de Hanoï (Vietnam) et révisée par la XXIe Conférence Ministérielle en 2005 à Antananarivo (Madagascar) : sa plus haute instance est le Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement – le Sommet de la Francophonie –, qui se réunit tous les deux ans, sa clé de voûte la Secrétaire générale de la Francophonie, poste occupé par Louise Mushikiwabo.

L’OIF se distingue par son positionnement singulier et original dans l’écosystème international : elle transcende les clivages en rassemblant, dans le respect de la diversité culturelle et linguistique, des États du Nord et des États du Sud, des États en développement et des Etats développés. Elle permet des coopérations inédites et constructives autour d’instances intergouvernementales de haut niveau.

>> Voir aussi: la Charte de la Francophonie

Instances & structures de l’OIF :

L’OIF est placée sous l’autorité de 3 instances politiques : Le Sommet, l’instance suprême de la Francophonie qui se réunit tous les deux ans, la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) et le Conseil permanent de la Francophonie (CPF).

L’OIF compte plusieurs directions de programme ou d’appui et dispose, pour relayer son action sur le terrain, de 11 Représentations extérieures :

  • à Addis-Abeba (Ethiopie), auprès de l’Union africaine
  • à Bruxelles (Belgique), auprès de l’Union européenne
  • à New York (Etats-Unis) auprès des Nations unies
  • à Genève (Suisse) auprès des Nations unies
  • à Tunis (Tunisie) pour l'Afrique du Nord
  • à Lomé (Togo) pour l’Afrique de l’Ouest
  • à Libreville (Gabon) pour l’Afrique centrale
  • à Antananarivo (Madagascar) pour l’océan Indien
  • à Hanoï (Vietnam) pour la zone Asie-Pacifique ;
  • à Port-au-Prince (Haïti) pour la Caraïbe et l’Amérique latine
  • à Bucarest (Roumanie) pour l’Europe centrale et orientale

Missions de l’OIF

D’après la Charte de la Francophonie, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a pour mission de donner corps à une solidarité active entre les États et gouvernements qui la composent. Une communauté de destin consciente des liens et du potentiel qui procèdent du partage d’une langue, le français, et des valeurs universelles.

L’OIF a pour objectif de contribuer à améliorer le niveau de vie de ses populations en les aidant à devenir les acteurs de leur propre développement. Elle apporte à ses États membres un appui dans l’élaboration ou la consolidation de leurs politiques et mène des actions de politique internationale et de coopération multilatérale, conformément aux 4 grandes missions tracées par le Sommet de la Francophonie :

  • Promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique.
  • Promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’Homme.
  • Appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche
  • Développer la coopération économique au service du développement durable.

Une attention particulière est portée aux jeunes et aux femmes ainsi qu’à l’accès aux technologies de l’information et de la communication dans l’ensemble des actions de l’OIF.

L’Organisation internationale de la Francophonie met en œuvre la coopération multilatérale francophone au côté de quatre opérateurs :

  • l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
  • TV5Monde, la chaîne internationale de télévision.
  • l’Association internationale des maires francophones (AIMF).
  • Université Senghor à Alexandrie.

La Francophonie dispose aussi d’un organe consultatif : l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).

L’OIF agit également en synergie avec les deux Conférences ministérielles permanentes : la Conférence des Ministres de l’Education Nationale (CONFEMEN) et la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports (CONFEJES).

Elle s’appuie, toujours davantage, sur les organisations de la société civile. La Secrétaire générale de la Francophonie convoque tous les deux ans une Conférence francophone des organisations internationales non gouvernementales (OING). En 2020, on compte 127 OING et autres organismes de la société civile accrédités auprès des instances de la Francophonie. Elles sont consultées et associées dans la mise en œuvre de certains programmes de l’OIF.