Circuits culturels et touristiques

Banner_interne

Présentation des circuits culturels et touristiques

A l’occasion du XVIIIe Sommet de la Francophonie à Djerba, des circuits culturels et touristiques seront proposés aux délégués et journalistes. Ces circuits permettront la présentation de la riche et longue histoire de l’île à travers son paysage architectural et urbain unique au monde, et d’une valeur universelle exceptionnelle. 

Trois différents circuits seront proposés afin de permettre aux participants de découvrir les monuments les plus remarquables de l’île.

 
 
 
 

Le musée du Patrimoine Traditionnel de Djerba

Le Musée du Patrimoine Traditionnel de Djerba, anciennement connu sous le nom de musée des Arts et Traditions populaires, permet de présenter les différentes composantes du patrimoine traditionnel de l’île (architecture, costumes, bijoux, agriculture, pêche, poterie, rites et cérémonies…).

 
 
 

La synagogue de la Ghriba

La Ghriba est la plus ancienne synagogue d’Afrique. Elle est le lieu d’un pèlerinage annuel des juifs à travers le monde. Selon la légende, sa construction remonte à l’année 585 av. J.C.

Elle possède une pierre rapportée du Temple de Salomon et abrite l’une des copies les plus anciennes de la Torah.

 
 
 

L’église Saint Joseph

Construite en 1848 pour servir de lieu de culte à la petite communauté catholique de l’île principalement composée de pêcheurs Maltais, elle a été agrandie à plusieurs reprises.

Cédée par le Vatican au gouvernement Tunisien en 1964, elle a retrouvé sa fonction initiale d’espace de culte en 2005 grâce à un décret présidentiel.

 
 
 

La mosquée Sidi Yâtî

Dressée sur un piton rocheux de la côte sud-ouest de l’île, cette mosquée porte le nom d’une personnalité illustre du Xème siècle. 

Sa conception sobre et dépouillée exprime la vision philosophique et religieuse du rite ibadite longtemps majoritaire sur l’île.

 

Djerbahood 2

Véritable musée à ciel ouvert, le village d’Erriadh à Djerba a accueilli depuis l’été 2014 les œuvres d’une centaine d’artistes de plus de trente nationalités différentes. Il est devenu un espace d’expression pour chacun de ces artistes issus de cultures diverses, un panorama du Street Art mondial et une attraction culturelle incontournable en Tunisie.

Cette année, et en marge du Sommet de la Francophonie de Djerba, Erriadh accueillera la 2ème édition de Djerbahood qui réunira un nouveau groupe d’artistes, au nombre de 80 tunisiens et internationaux. La nouvelle édition repose essentiellement sur des matériaux en céramique et en mosaïques.

 
 
 

La mosquée Fadhloun

C’est une mosquée madrasa ibadite située aux abords de khazroun, au nord-est de l’île. Sa construction remonterait selon les sources écrites au XIe siècle. 

Grâce à son emplacement non loin du littoral, elle a assuré, en plus de ses rôles culturels et éducatifs, des fonctions défensives.

 

Le fort Ghazi Mustapha

Le fort Ghazi Mustapha, situé à Houmt Souk, à proximité du principal port de l’île de Djerba, a été construit à l’époque hafside sous l’égide de Abu Farès Abdelaziz en 1425.

Le fort a été le théâtre de plusieurs batailles, la dernière étant celle qui a opposé les Turcs aux Espagnols et qui s’est soldée par la défaite décisive de ces derniers.

Il a continué à être utilisé comme base pour se prémunir contre les dangers venant de la mer et surtout des redoutables pirates de Saint-Jean de Malte et de Saint-Etienne.

Mosquée Bou Messouar
 
 
 

Mosquée Bou Messouer ou Ejjâmaa El kébîr

Situé à El hachen au nord de l’île. C’est la plus ancienne mosquée de Djerba, datant du Xème siècle, et l’une des plus importantes.

Cet édifice a joué un important rôle religieux et éducatif et a contribué à la formation de plusieurs sommités théologiques, adeptes de l’Ibadisme. La mosquée est également conçue pour être un centre d’éducation et un lieu protecteur des plus démunis.

L’église Saint Nicolas

Vouée au patron des pêcheurs, cette église remonte selon les témoignages à l’année 1890 et a servi de lieu de culte pour la communauté de grecs de l’île qui avait également son propre cimetière. Emouvante de par sa modestie et son humilité, le plancher de l’église a été fait de bois de bateaux et c’est de chaux qu’elle est peinte.

La mosquée El Bardaoui

La mosquée Berdaoui, avec son architecture vernaculaire troglodytique illustre un modèle d’intégration entre l’Homme et son environnement et répond aux exigences dictées par le système urbain, elle jouait, à la fois, le rôle de refuge à l’abri des regards des autorités et d’une mosquée souterraine offrant un espace sombre et calme propice au recueillement et à la méditation.